MORDILLER TES TETONS…

Mordiller tes tétons tout en te débarrassant de ton jogging et découvrir ce qui s’y cache. T’embrasser et t’enlacer. Perdre ma respiration ; au moment de sentir le parfum de tes palmes. Presser ensuite tes fesses. Puis, tapoter ta fontaine de jouvence.

Bien sûr, je mordille à nouveau tes tétons, les yeux flous de désirs. Ma tige se met à durcir, en imaginant ta fente mouillée. Ainsi, je te retourne subitement et je te mords dans le cou. Je te mords sur le dos. Et je parcours le sillon de ta colonne vertébrale.

Plus excité qu’auparavant, je me mets à presser tes seins tout en descendant vers ton cul. J’adore… J’adore comment tu me fais insister sur des endroits précis de ton corps. Je retire précipitamment, mon pantalon. Et comme les ailes d’un oiseau qui prend son envol, tes jambes s’écartent pour me recevoir.

Tu es ondulante de plaisirs. Je fais un demi-cercle avec l’une de tes jambes. Je m’introduis vigoureusement. Comme un fauve, tu pousses un cri haletant. C’est un gémissement.

Mouvements de va-et-vient. L’une de mes mains demeure sur tes seins. L’autre garde toujours ta jambe. Je m’enfuis encore plus profondément. Tu gémis à nouveau. J’adore… Oh oui ! Je t’adore. J’adore comment tu me guides. J’adore, comment, tu gémis. Et tu gémis encore. Encore plus fort. Tu gémis toujours. Puis tu gémis davantage. Avant de jouir passionnément.

Sur ta poitrine, je laisse ma sueur descendre. Tu es à présent, retournée sur dos. Je te caresse en essayant de retrouver ma respiration. Pendant ce temps, tu m’embrasses, tu m’enlaces. Et tu te mets aussi à me mordiller les tétons. Bien sûr, à mon tour, je gémis, et j’adore comment tu insistes sur des endroits précis de mon corps. Oh oui ! J’adore !

Laisser un commentaire