VOICI POURQUOI VOUS DEVRIEZ EVITER DE FAIRE L’AMOUR DANS L’EAU

(C) Photo by Nicolas Guercin

Les films dont l’allure est glamour, les séries romantiques, les contenus adultes professionnels comme amateurs le présentent d’une manière si attrayante que vous pourriez être tentés. Et c’est vrai que c’est un fantasme qui vaut le détour. En plus, quoi de mieux ; surtout s’il fait chaud et que vous avez envie de passer de bons moments intimes avec votre partenaire ! Sauf que… au-delà de l’aspect coquin de la chose, il faut aussi prendre en compte les risques. Eh oui ! Faire l’amour dans une piscine, dans une baignoire, à la rivière, dans le fleuve, à la mer ou dans tout lieu où coule de l’eau douce ; peut représenter un danger pour la santé. Découvrez donc cinq bonnes raisons pour lesquelles vous devriez faire absolument attention si vous nourrissez cette envie d’expérimentation.

POUR VOUS PRESERVER DES INFECTIONS

(C) Photo by Nicolas Guercin
(C) Photo by Nicolas Guercin

En raison de la sensibilité et de la vulnérabilité de son intérieur, le vagin est une zone qu’il convient de mettre à l’abri de l’eau. D’autant plus qu’il héberge ce qu’on pourrait appeler les bactéries utilitaires. Il s’agit des lactobacilles dont le rôle fondamental est de contribuer à la protection de la flore vaginale.

De fait, lorsqu’on laisse l’eau s’introduire dans la partie interne du vagin, les composants de celle-ci détruisent les bonnes bactéries qui y vivent. Ce qui entraîne comme conséquence : le dérèglement de l’équilibre de la flore vaginale. Ainsi, les bacilles protecteurs ne peuvent plus être présents pour préserver ladite flore. Donnant la possibilité aux microbes présents dans l’eau de s’y attaquer et de créer des infections indésirables.

C’est pour cela qu’il est recommandé de veiller à ce qu’aucune eau n’entre à l’intérieur du vagin. Notamment l’eau contenant du chlore comme c’est le cas dans les piscines. Car le chlore est considéré comme un oxydant très actif utilisé en solution comme désinfectant et décolorant.

POUR EVITER LES IRRITATIONS

(C) Photo by Nicolas Guercin
(C) Photo by Nicolas Guercin

L’autre risque encouru quand on veut faire l’amour dans l’eau, c’est celui de subir de légères inflammations au niveau de la muqueuse vaginale. Celles-ci sont causées par les mouvements de va-et-vient lors du coït. En effet, avec l’eau, les glissements se transforment en frottements insistants qui peuvent provoquer des sensations frictionnelles. Or lorsqu’une muqueuse vaginale subit la moindre agression, celle-ci est immédiatement sujette à des infections. Peuvent survenir donc : soit des mycoses, soit des vaginoses, ou soit des vaginites… À leur seul nom, on sent que ces infections ne sont pas aimables du tout. Il vaut mieux donc faire attention.

De plus, il faut savoir que lorsque la température de l’eau est élevée ; le risque est plus grand que s’y installent, y accroissent et se multiplient des microbes, des bactéries, des virus indésirables et des champignons infects. Si vous projetiez donc de faire des galipettes dans des baignoires à remous, faites absolument preuve de prudence.

POUR CONSERVER LA LUBRIFICATION VAGINALE

La lubrification est un élément essentiel pour profiter pleinement de la pénétration. Or si vous choisissez de la faire dans l’eau notamment de mer ou dans un océan, vous prenez le risque que le sel qui réside dans l’eau soit un frein pour votre plaisir. En effet, dans ce cadre précis, le sel a tendance à intervenir dans l’assèchement des muqueuses des parties génitales. De sorte que la lubrification vaginale naturelle qui devrait survenir pendant l’acte sexuel s’amoindrisse drastiquement. Car le vestibule vulvaire et les glandes qui tapissent le tiers inférieur du vagin ne sécrètent plus convenablement de substance liquide au cours de la montée de l’excitation. La structure ionique du sel ayant la propriété de fonctionner comme un acide en serait à l’origine. Ce qui accroit indubitablement le risque de sentir des irritations et même des brûlures au niveau du vagin durant la pénétration. Faites donc très attention !

POUR EVITER QUE LE PRESERVATIF SE DECHIRE

Source : Pexels – Photo by Anna Shvets

Comme le vagin, le préservatif a besoin de rester lubrifié pour fonctionner convenablement lors de la pénétration. Ce qui est délicat à obtenir sous l’eau. Surtout si c’est l’eau de mer. Et donc si vous ne prenez pas garde et que vous insistez à placer ou retirer ou encore effectuer des va-et-vient avec le préservatif sous l’eau (de mer surtout), il se pourrait qu’il se déchire. Le capuchon en caoutchouc des préservatifs, étant généralement très fin et très souple, il peut arriver qu’il cède sous l’impulsion des mouvements. Ce qui n’est pas avantageux pour vos appareils génitaux. Et qui en plus, pourrait vous exposer soit à des Infections sexuellement transmissibles ou à des grossesses non désirées.

POUR NE PAS VOUS FAIRE EMPRISONNER

Source : Pexels – Photo by Tima Miroshnichenko

Ah oui ! C’est l’aspect qui mérite vraiment que vous y pensiez à sept fois avant de tenter quoi que ce soit. Si vous voulez faire l’amour dans l’eau, veillez à ce que ce soit en privé. Sinon si votre fantasme prend des propensions exponentielles au point de vouloir l’explorer dans des lieux publics, alors là : retenez bien que vous courrez un risque pénal sans précédent, dans le cas où vous seriez pris en flagrant délit. Eh oui ! C’est considéré comme de l’exhibition sexuelle. Et pour ça, on peut non seulement vous faire payer une amende (ça varie en fonction des pays) et aussi… vous amener en prison (ça par contre, dans tous les pays on sait que ce n’est pas simple à vivre !). Comme quoi : la discrétion est préférable dans ce genre de contexte.

(C) Photo by Nicolas Guercin

En définitive, mon intention n’est pas de vous dissuader de faire l’expérience (moi-même, j’avoue que je serais bien curieux de savoir quelles sensations cela procure !), mais autant prendre ses dispositions pour être à l’abri de tous désagréments.

Si vous tenez à tester les ébats aquatiques, vous pouvez par exemple penser à prévoir des lubrifiants waterproof. Envisagez que vos sexes ne plongent pas pendant la pénétration et que les va-et-vient se fassent hors de l’eau. Et puis, ne perdez pas de vue qu’il existe aussi les risques de glissades ou de noyades.

Quel que soit donc le lieu (piscine, baignoire, rivière, fleuve, mer, etc.), il serait préférable de vous caler à des endroits où vos pieds sont bien ancrés au sol ou suffisamment en équilibre. Vous êtes prévenu(e)s : un(e) explorateur/trice de plaisirs averti(e) en vaut mille jouissances !

Laisser un commentaire